La Potion Magique de Georges Bouillon

En janvier, pour l’école, j’ai du présenter un livre. J’ai choisi La Potion Magique de Georges Bouillon de Roald Dahl, un livre très drôle.

p1040932p1040933

Ma maman m’a aidé à rédiger ma fiche de lecture

 

la-potion-magique-de-georges-bouillon

Titre du Livre : La Potion Magique de Georges Bouillon

Auteur : Roald Dalh

Editeur : Gallimard Jeunesse

Collection : Folio Junior

Date d’édition : 2007 (mais 1ere édition en 1981)

Nombre de pages : 116 pages

Traduit de l’anglais

Auteur :

Roald Dahl est un homme d’origine norvégienne, né au Pays de Galles le 13 septembre 1916 et mort en 1990. Avant d’écrire des livres pour enfants, il a été pilote de chasse dans la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre Mondiale. Encouragé par l’auteur Cecil Scott Forrester, il se met à écrire des nouvelles pour adultes. C’est en 1961 qu’il se lance dans la littérature pour la jeunesse avec «James et la grosse pêche», imaginé pour ses cinq enfants, à qui il raconte chaque soir une nouvelle histoire. Il connaît son premier grand succès avec «Charlie et la chocolaterie», « Matilda » ou encore « Le Beau Gros Géant ». Plusieurs de ses livres ont été adapté au cinéma.

Genre :

C’est un livre humoristique et fantastique

Cadre :

L’histoire se déroule dans la ferme de la famille Bouillon, près d’un village, à notre époque

Personnages Principaux :

Georges Bouillon est un petit garçon de 8ans terrorisé par sa Grandma. Il doit garder sa grand-mère le samedi matin quand son papa travaille et sa maman part faire les courses au village

Grandma, la grand mère de Georges, est une vieille femme ridée avec les dents jaunes et une petite bouche qui ressemble a un derrière de chien. Elle est petite, Georges va bientôt la dépasser. Elle est méchante et égoïste, elle ne s’intéresse qu’à elle.

Mr (Gros) Bouillon, le Papa de Georges, est fermier. Il s’occupe des bêtes et n’aime pas Grandma, sa belle mère

Mme Bouillon, la Maman de Georges

Résumé :

Un jeune garçon nommé Georges a une grand-mère méchante et égoïste. Elle adore manger des limaces, des escargots, des pinces-oreille, etc.

Un jour Grandma est tellement méchante en donnant tout le temps des ordres à Georges, qu’il décide de la punir.

Il a idée de préparer une potion magique. Mais ne sait pas ce que ce liquide gluant pourrait faire à sa grand-mère.

Il prend un chaudron et met dedans tout ce qu’il trouve : de la mousse à raser, du shampoing pour cheveux gras, de la sauce chili extra forte, des médicaments pour les animaux, de l’huile pour le moteur et plein d`autres choses dangereuses.

Quand Grandma boit la potion, elle bondit, grossit et grandit, grandit tellement qu’elle passe à travers la plafond du séjour, puis celui de la chambre et enfin le toit de la maison.

Puis les parents de Georges rentre à la maison et découvre ce que Georges a fait. Comment vont ils réagir ?

 

Extrait :

Il introduisit la cuillère dans la bouche de Grandma et fit couler la potion. Puis, il recula d’un pas pour regarder le résultat. Quel spectacle !

  • Ouiche ! Crie Grandma.

Et hop ! Son corps bondit en l’air, comme si son fauteuil avait été une chaise électrique ! Oui, elle bondit comme un diable dans sa boite et…elle ne retombait pas…elle restait là….suspendue entre ciel et terre…à environ un demi-mètre au-dessus du fauteuil….toujours assise…raide…glacée…tremblante…les yeux exorbités…les cheveux dressés sur la tête.

  • Tu ne te sens pas bien ? Lui demanda poliment Georges. Qu’est ce qui ne va pas ?

Suspendue entre le sol et le plafond, la vieille femme n’arrivait pas à articuler un mot. Le choc devait être terrible. On aurait dit qu’elle avait avaler un tisonnier brûlant.

Appréciation personnelle :

Ce livre m’a beaucoup plu parce qu’il m’a fait rire. L’histoire est drôle, captivante, ce qui m’a donné envie de connaître la suite et de lire rapidement le livre en entier.

Ce livre est facile à lire, il y a beaucoup de dialogues mais ma maman m’a expliqué les phrases d’humour pour que je comprenne bien le sens.

J’aime bien le format poche de ce livre, il est facile à tenir dans ses mains. J’aime bien la couverture avec le dessin en relief. Il y a beaucoup d’illustrations dans le texte pour mieux comprendre l’histoire et les dessins sont bien faits.

Noah 9 ans

Français – Les différents types de textes – MindMap

20170120_151128

Comme les leçons où le texte s’étale ne sont pas toujours claires, je partage avec vous cette mindmap réalisée avec mes petits doigts, qui m’a grandement facilité la compréhension du sujet. Une mindmap  concise, en couleur et avec des exemples pour tout connaître sur les différents types de textes. A la base pour la 6e mais  peux être utilisée par d’autres niveaux. Indispensable pour que vos écrits soit parfaits ! Dedans, des infos sur :

  • Les textes conversationnels
  • Les textes rhétoriques
  • Les textes argumentatifs et bien d’autres !
    Romane, 11 ans

La lecture aux « Maternelle » de mon village

 

La lecture aux « Maternelle » consiste dans mon village, à emmener tous les mardis matin, les enfants de cette école, à la bibliothèque où les attendent des personnes bénévoles chargées de leur lire des histoires.

Je n’ai que 11 ans, mais j’ai insisté pour moi aussi, participer à cette lecture, et ce depuis mes 9 ans. Comme je suis « l’instruction en famille », je peux venir en semaine à la bibliothèque et mon ancienne maitresse, actuellement maitresse des « Maternelle » est d’accord.

     Jamais je n’oublierai ce premier jour, où je suis allée à la bibliothèque pour eux. Les enfants montaient l’escalier à la queue leu-leu, en tenant fermement les barreaux de la rampe. Les enfants de la petite section sont appelés les « poussins », ceux de la moyenne « les dauphins » et ceux de la grande « les poulains ». Arrivés en haut, les enfants se sont dispersés dans la bibliothèque pour aller chercher un livre.

     C’était ma première fois et les enfants me regardaient d’un drôle d’air… Puis, une petite fille est venue vers moi et m’a tendue un livre en disant « tu peux me le lire ? ». C’est comme ça que cela a commencé. Au départ, c’était moi qui avait le plus de concurrence, évidemment, ces enfants se disaient sûrement : « tiens, un autre enfant ! Elle est plus grande que moi, elle n’est pas dans ma classe… Mais elle est plus jeune que les autres lectrices, elle ne peut pas lire ! Ah mais si… elle nous fait la lecture, ben tins, c’et rigolo ! je vais essayer aussi ! ».

    Maintenant, j’ai l’habitude. Mais malgré tout, c’est une expérience formidable que je vous recommande ! Evidemment, il y a des enfants plus sages que d’autres, d’autres plus bruyants ou qui ont plus la bougeotte… Mais c’est tout de même touchant de voir un enfant s’approcher de vous et vous tendre un livre, pour que vous le lui lisiez. Or, si cet enfant vous demande à vous, c’est qu’il a une bonne raison ! Un enfant n’irait pas voir quelqu’un qu’il n’aime pas, pour lui lire un livre !

Moi, quand je lis une histoire, j’essaye de faire rentrer l’enfant dans le livre. Je mets des intonations partout et quand, par exemple, l’un des héros tombe dans un trou, je me penche avec l’enfant (qui est souvent sur mes genoux), vers le sol, pour lui donner une impression de vide. Et puis je bouge les genoux, pour qu’il se sente sur un cheval comme un chevalier ou bien je lui donne un petit coup sur la tête qu’il croie que la marraine-fée l’a transformé en princesse… Il faut tenter de le faire rentrer dans le conte ! S’il contemple les illustrations sans sourire, en patientant pour qu’on tourne la page, c’est qu’il n’est pas tout à fait rentré dedans. Mais si il alterne de votre regard aux illustrations, ou même mieux, qu’il vous touche ; ou fait semblant de tomber dans le vide avec vous, ou de vous prendre les cheveux pour en faire des rennes, ou de vous saluer pour vous remercier de l’avoir transformé en petit lutin… alors cela veut dire que ça y est, il est devenu un Elfe ou Célestine la souris, et qu’il a apprécié l’histoire qu’on lui a contée.

Surtout quand un enfant vient vous voir, il faut lui sourire, s’il vous prend la main, le laisser faire. Alors, il aura confiance en vous et vous demandera de lui lire le livre qu’il comptait vous demander de lire. Oui, quand les enfants ne savent pas à qui demander, ils testent. Ils se disent : « non, celui-là trop coincé, celui-ci, trop méchant ! Celui-là, beuh ! Trop louche ! Et celui-ci… il me va ! ».

Parfois, ces petits bambins se lisent les livres eux-mêmes, d’après les illustrations, ils s’inventent des histoires passionnantes. Ce qui arrive aussi, mais c’est plus rare, c’est quand les enfants viennent vers vous sans vous demander de lire un livre. Pourtant ils en ouvrent un devant vous et entreprennent de vous le lire, souvent en mimant. Alors, écoutez. C’est cela qui les rend heureux.

Petite recommandation : prévoir une tasse de tisane avec du miel pour APRES la lecture.

Line 11 ans.

Photo illustration article Line Van Enis