Les GEANTS, els GEGANTS

Vu que je fais partie d’une colla de gegants, et que cela me plaît énormément, j’ai eu l’idée de vous faire partager leur histoire, et aussi leur grande popularité !

Griotte, une petite gegantona, de la colla de Villefranche de Conflent a accepté de répondre à mes questions, car c’est moi qui la porte le plus souvent.

«  Griotte, quand et où sont nés les géants catalans ? »

Le 1er géant Catalan est mentionné en 1424,  dans « el llibre de les solemnitats » (livre des solennités) de la ville  Barcelone  où sont évoqués parmi les différents éléments participants à la procession du Corpus, « le roi David et le géant ». On suppose qu’il est fait allusion au Goliath de l’Ancien Testament et à une sorte de jeu simulant le combat entre le roi David et le géant Goliath.

«  Mais, tout d’abord, qu’est-ce qu’un géant ? »

Un géant est un grand personnage mesurant plusieurs mètres et il est fait de bois ou de métal (pour le chevalet), de papier mâché ou de résine (pour la tête, les bras et les mains), et de tissu pour sa tenue. Tous les personnages, fille ou garçon, portent une longue robe couvrant un humain (un vrai, cette fois) qui porte le géant afin de le faire danser dans les rues aux mélodies des gralles (instruments de musique à vent, catalans) et des timbalers (caisses claires).  Auparavant, les géants venaient d’une fête religieuse, à présent, ils défilent dans les rues des villages en dansant, suivis de musiciens.

«  Et qu’est-ce qu’une colla ? »

Une colla est un « groupe », en catalan, tout comme le chef du groupe est un cap de colla (tête de groupe). Quant au terme « Gegants », cela veut dire géants en catalan. Ainsi, une colla gegantera est un groupe constitué autour de géants. Un geganter est un membre d’une colla gegantera et un gegantó est un géant porté par des enfants.

«  Peux-tu plus nous parler des géants de Villefranche de Conflent : comment et pourquoi êtes-vous nés ? que représentez-vous ? combien êtes-vous ? »

Nous, géants de Villefranche de Conflent somme quatre ; le comte Guillem-Ramon de 3m40 et 45 kg, et son épouse Sancia même taille, 40 kg,  des personnes qui ont vraiment existé et ont fondé le village: ils ont étés créés en premier, avant les deux autres géants. Puis, le troisième à avoir été fabriqué par une famille de la colla, un geganto, fut « Le petit Dante », 1m50, 4 kilos, il est fait pour être porté par les tout-petits. Et enfin, le quatrième géant, où plutôt la quatrième gegantona, c’est moi, Griotte. Je représente une petite joueuse de tambour médiévale. Je n’existe pas vraiment, je suis juste une géante inventée, et mon nom se rapporte à un type de marbre rose de Villefranche. Je pèse 18 kg, et mesure 2m20. Je suis portée par les enfants de 9 à 14 ans. Ce sont les membres de la colla qui nous construits (la plupart des autres géants catalans sont fabriqués par des professionnels) et les habitants du village ont choisi par référendum qui seraient leurs géants.

Voilà, ainsi sont les géants de Villefranche de Conflent ! Nous sortons quand nous sommes invités par d’autres colles geganteres, d’autres villages, villes ou quartiers ; espérons que vous viendrez nous voir !

Nous avons une page Facebook et un site internet.

Ainsi qu’une vidéo de leurs danses :

 

A BIENTÔT !

48 Guillem-Ramon

44 Sancia

887172_464070150405811_2447265346164336748_o Griotte

46 Le petit Dante

 

Line 11 ans.

« Liste »

Un petit, ou plutôt long dessin libre de Noé qu’il a appelé « Liste » (c’est même marqué derrière !)

P1050768

Noé est allé chercher des feuilles qu’il a découpées en bande puis sur lesquelles il a tracé des traits au feutre noir. . Il a ensuite colorié ses bandes aux feutres selon un certain rythme qu’il a lui-même défini : il change de couleur toutes les cinq bandes pour la première feuille, puis toutes les quatre bandes pour la seconde … jusqu’à changer de couleur à chaque bande pour la dernière feuille.P1050761

 

P1050766 - copie

Noé, 5 ans

(Sources des images : photos personnelles) 

La grêle

Ce matin la grêle est tombée du ciel. Dans la main c’est froid. Nous l’avons récoltée dans un petit verre et elle a fondu.

IMG_3325 « grêle »

c’est « froid » et après un instant ça « coule »

Observation faite par Abigaël 24 mois accompagnée de maman (en Belgique)

Source des photos: images personnelles

La lecture aux « Maternelle » de mon village

 

La lecture aux « Maternelle » consiste dans mon village, à emmener tous les mardis matin, les enfants de cette école, à la bibliothèque où les attendent des personnes bénévoles chargées de leur lire des histoires.

Je n’ai que 11 ans, mais j’ai insisté pour moi aussi, participer à cette lecture, et ce depuis mes 9 ans. Comme je suis « l’instruction en famille », je peux venir en semaine à la bibliothèque et mon ancienne maitresse, actuellement maitresse des « Maternelle » est d’accord.

     Jamais je n’oublierai ce premier jour, où je suis allée à la bibliothèque pour eux. Les enfants montaient l’escalier à la queue leu-leu, en tenant fermement les barreaux de la rampe. Les enfants de la petite section sont appelés les « poussins », ceux de la moyenne « les dauphins » et ceux de la grande « les poulains ». Arrivés en haut, les enfants se sont dispersés dans la bibliothèque pour aller chercher un livre.

     C’était ma première fois et les enfants me regardaient d’un drôle d’air… Puis, une petite fille est venue vers moi et m’a tendue un livre en disant « tu peux me le lire ? ». C’est comme ça que cela a commencé. Au départ, c’était moi qui avait le plus de concurrence, évidemment, ces enfants se disaient sûrement : « tiens, un autre enfant ! Elle est plus grande que moi, elle n’est pas dans ma classe… Mais elle est plus jeune que les autres lectrices, elle ne peut pas lire ! Ah mais si… elle nous fait la lecture, ben tins, c’et rigolo ! je vais essayer aussi ! ».

    Maintenant, j’ai l’habitude. Mais malgré tout, c’est une expérience formidable que je vous recommande ! Evidemment, il y a des enfants plus sages que d’autres, d’autres plus bruyants ou qui ont plus la bougeotte… Mais c’est tout de même touchant de voir un enfant s’approcher de vous et vous tendre un livre, pour que vous le lui lisiez. Or, si cet enfant vous demande à vous, c’est qu’il a une bonne raison ! Un enfant n’irait pas voir quelqu’un qu’il n’aime pas, pour lui lire un livre !

Moi, quand je lis une histoire, j’essaye de faire rentrer l’enfant dans le livre. Je mets des intonations partout et quand, par exemple, l’un des héros tombe dans un trou, je me penche avec l’enfant (qui est souvent sur mes genoux), vers le sol, pour lui donner une impression de vide. Et puis je bouge les genoux, pour qu’il se sente sur un cheval comme un chevalier ou bien je lui donne un petit coup sur la tête qu’il croie que la marraine-fée l’a transformé en princesse… Il faut tenter de le faire rentrer dans le conte ! S’il contemple les illustrations sans sourire, en patientant pour qu’on tourne la page, c’est qu’il n’est pas tout à fait rentré dedans. Mais si il alterne de votre regard aux illustrations, ou même mieux, qu’il vous touche ; ou fait semblant de tomber dans le vide avec vous, ou de vous prendre les cheveux pour en faire des rennes, ou de vous saluer pour vous remercier de l’avoir transformé en petit lutin… alors cela veut dire que ça y est, il est devenu un Elfe ou Célestine la souris, et qu’il a apprécié l’histoire qu’on lui a contée.

Surtout quand un enfant vient vous voir, il faut lui sourire, s’il vous prend la main, le laisser faire. Alors, il aura confiance en vous et vous demandera de lui lire le livre qu’il comptait vous demander de lire. Oui, quand les enfants ne savent pas à qui demander, ils testent. Ils se disent : « non, celui-là trop coincé, celui-ci, trop méchant ! Celui-là, beuh ! Trop louche ! Et celui-ci… il me va ! ».

Parfois, ces petits bambins se lisent les livres eux-mêmes, d’après les illustrations, ils s’inventent des histoires passionnantes. Ce qui arrive aussi, mais c’est plus rare, c’est quand les enfants viennent vers vous sans vous demander de lire un livre. Pourtant ils en ouvrent un devant vous et entreprennent de vous le lire, souvent en mimant. Alors, écoutez. C’est cela qui les rend heureux.

Petite recommandation : prévoir une tasse de tisane avec du miel pour APRES la lecture.

Line 11 ans.

Photo illustration article Line Van Enis

Le chocolat

Depuis quand mange-t-on du chocolat?
Il y a 3000 ans, les Aztèques faisaient déjà une boisson à base de graines de cacaoyer et d’épices.

Qu’est ce qu’un cacaoyer?
C’est un arbre sur lequel pousse des cabosses. Il pousse dans les pays chauds à l’ombre des bananiers.

Qu’est ce qu’une cabosse?
C’est le fruit du cacaoyer, il est de forme ovale. On le cueille et on l’ouvre en deux pour y prendre les graines.

Que fait on des graines?
On les recouvre de feuilles de bananier, elles fermentent pour devenir plus facile à digérer. Elles sèchent au soleil et deviennent brunes. On les appelle alors les fèves de cacao.

Que fait on des fèves de cacao?
Elles partent par bateau vers les fabriques de chocolat du monde entier.

Et ensuite?
A la chocolaterie, les fèves sont lavées dans d’énormes machines, avant d’être torréfiées. Il y a plusieurs étapes pour faire du bon chocolat.
Les éclats de fèves sont écrasés pour donner de la pâte de cacao, c’est très amère.
En pressant la pâte dans la machine, on obtient du beurre de cacao liquide et des tourteaux. Les tourteaux deviendront le chocolat en poudre du petit déjeuner.
La pâte de cacao et le beurre de cacao donnent des recettes à l’infini. Moi ce que je préfère c’est croquer dans un morceau de chocolat!

Livret réalisé par Malou de Madeincheztasoeur.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le poulain

 

Le poulain

La naissance:
La gestation dure 11 mois.
La jument cherche à s’isoler pour mettre bas. Le poulain né couvert
d’une poche. Il est mouillé alors, sa maman le lèche pour pas qu’il n’ait froid. Et aussi, pour lui donner son odeur.

Que mange-t-il?
Il tète sa maman, a 3 mois il commence à brouter et vers 6 mois, il sait se nourrir seul.

Pourquoi suit-il toujours sa maman?
Pour se cacher, il a peur de tout. La jument le rassure et le protège.

Le poulain sait-il s’amuser?
Il joue beaucoup à la bagarre. En jouant, il apprend à bien se comporter.

Quand devient-il indépendant?
Quand il arrête de téter sa maman entre un et deux ans.

Peut on le monter?
Entre 2 et 3 ans, on le prépare a être monté, c’est le débourrage.

Quand se termine sa croissance?
Elle se termine entre 5 et 7 ans.

livret réalisé par Malou de Madeincheztasoeur.com